Oui, avec grand plaisir...

IL avait attendu son coup de fil

toute l’après-midi.

Puis sur les coups de 19h30 il s’était dit : « c’en est trop, elle aurait pu appeler »

Il prit les clefs qui traînaient sur la table, le chapeau neuf acheté le matin même

et en deux enjambées seulement

rejoignit le hall d’entrée de son minuscule appartement

 

Le Vestibule était sombre

Le Miroir presque noir

Une seule fenêtre pour tout l’appartement

 

En cette fin de journée, la lumière qui rentrait par l'unique opercule était faible et ne donnait que peu d'éclairage

 

Il vissa son chapeau sur son crâne... L'ajusta tant bien que mal,

 

Sa tête -tourniquet de pensées- toute la demi-journée

  était vide à présent!

 

Plus rien ne lui venait à l'esprit...

Juste l'envie de débarrasser le plancher...

Et le plus vite possible...

 

Mais une fois

la main sur la poignée de la porte...

il se ravisa

pianota... pianota... encore 

 

Le doute qui l’avait tenaillé toute l’après -midi comme un chien enragé

se fraya à nouveau un passage et

repartit à l’assaut

 

 « Et si dans 5 minutes elle appelait »

 un coup d’œil sur le cadran de sa montre

l’aiguille n’avait pas fait un bond dans le temps

deux minutes s’étaient à peine écouler

19h32

 

«19h32 ! Bah !!! attendons encore un peu...»

 

C’était dit... il attendrait 

jusqu’à 20 heures

 

L'homme était carré

 aimait les chiffres ronds,

l’exactitude

Attendre Jusqu'à 20 heures 

ça collait !

 

Son caractère méticuleux et minutieux l’emporta sur son impatience

 

Il se dirigea vers le salon,

glissa dans l'unique fauteuil en velours vert sombre qui lui tendait les bras.

Ne bougea plus.

 

À mesure qu’il attendait, montait en lui un sentiment jusqu’alors inconnu, une émotion encore jamais décrite dans aucun Hashtag à la mode, ni tweet, ni réseaux sociaux, « le sentiment d’abandon d’un pantalon oublié au pressing »...

 

 

20 heures sonnèrent

 

La sonnerie de l’horloge le tira de sa rêverie..

 

Il se leva et la démarche lourde se dirigea pour la deuxième fois de la journée vers la porte d’entrée

à cet endroit précis de l’appartement il eut ce geste banal que l'on voit plutôt chez un petit enfant

Il s'assura d'une présence...

Celle des clés !

A tâtons, comme le tout jeune qui essaie de reconnaître les formes dans une obscurité naissante 

Il vérifia dans sa poche...

Les clés étaient bien là!

(Clés dont il ne se servait que pour rentrer pas pour sortir)

 

Puis  

sans nulles autres précautions

ouvrit la porte, 

coup sec

et entama la mort dans l’âme

sa descente dans la cage d'escaliers

comme une descente aux enfers

 

 

A la dixième marche, le téléphone sonna là-haut, tout là-haut

DRING !!!!

 

 

 

En moins d'une minute

Il refit tout le chemin en sens inverse

maladresse, trébuchement, clés, encombrements, 

rien ne lui fut épargné...

jusqu'au combiné...

 l'autre bout du fil

une voix blanche

l'attendait...

La voix de la fille

Voix blanche

Qui résonna tonique en répondant à son invitation :

« Oui, avec grand plaisir »

 

Oui avec grand plaisir,

La fille

blanche et tonique

abolissant ses doutes

Défroissant en un instant  les faux plis d’une mauvaise journée

Alors...

dans les champs fleurirent des drapeaux aux couleurs vert printemps

                                                    

La fille

quitta son chagrin

pour faire peau neuve 

Parce qu'un jour ou l'autre

il faut en finir avec son chagrin...

 

Parce qu'un jour ou l'autre il faut "faire la peau"

à son chagrin

 

Alors...         le chagrin glisse et s'en va...

GRAND CHAGRIN

    petit chagrin

Peau de chagrin

         

 

 

  tragique avec soi même...   léger avec les autres

 

 

Anne GALZI

tous droits réservés

Crédits photographiques :

photo 1 : Anne GALZI

Photos 2,3,4 -Trine Søndergaard (sans texte).                                                                                                    

  • Instagram